Lauréats 2014: Nicolas Huchet, le coup de main bionique

10 Décembre 2015

Pas besoin d'habiter à Détroit, ni même dans une cité du crime, pour voir débarquer des membres robotiques digne de notre héros policier bionique, le bien-nommé RoboCop. Nicolas Huchet ne fait pas dans la fabrication de justiciers, mais s'est lancé depuis plus de deux ans dans la mise au point d'une main-robot accessible au plus grand nombre : la Bionico Hand. Forcément, devant autant de volonté et de bon cœur, les Victoires de la Bretagne ont choisi de lui remettre le trophée de l'Action Individuelle, l'année dernière. Depuis il a encore parcouru du chemin !

Dans les labos du partage

Ça fait marrer deux minutes, le « pas de bras, pas de chocolat ». Mais après les blagues de mauvais goût, quand on a été amputé de la main suite à un accident de travail, comme Nicolas, il n'y a pas 30.000 solutions. Les plus aisés peuvent effectivement se fournir une main-robotisée dans les entreprises à la pointe de la technologie – ça commence à partir de 20 000 euros. Lui, il a choisi de passer par le LabFab de Rennes pour concevoir et fabriquer sa propre main-robot avec l'aide de spécialistes des nouvelles technologies, qui ont tout de suite tendu l'oreille. Et comme les Rennais aiment partager, les plans sont disponibles gratuitement, en licence libre. Un prototype qui ne cesse de s'améliorer !

Une main au Musée de l'homme

Depuis qu'il se balade avec son  petit sac de toile où est soigneusement rangée sa main bionique en pièces détachées, Nicolas Huchet voit plus loin : après les fabs labs, il veut se lancer dans la création d'handilabs, qui fonctionneraient au plus près des patients grâces à des partenariats avec des centres de rééducation fonctionnelle. La personne handicapée n'est plus une victime, mais un acteur de sa rééducation, qui peut construire, avec des spécialistes, sa propre main.

Pour cela, il faut encore s'entourer de partenaires, de gens passionnés :« My Human Kit », c'est son association, qui a bien failli rafler la première place du Google Impact Challenge en début d'automne. Leur place en finale leur ouvert une aide de 200 000 euros et un accompagnement pour lancer le projet. L’histoire de Bionico continue, et elle fait désormais partie de l'évolution humaine, jusque dans les vitrines du  Musée de l’Homme qui a rouvert en Octobre !